L’OCCUPATION ALLEMANDE DU MT ATHOS

Le blason du Mont Athos.
L’occupation de la Grèce par les forces de l’Axe à l’issue de l’opération «Marita» en juin 1941: Allemagne (en rouge), Italie (en bleu), Bulgarie (en vert). L'Albanie, qui a joint l'Italie à l'invasion de la Grèce en octobre 1940, a récupéré l'Epire du Nord, région albanaise majoritairement peuplée par des grecs et libérée lors de la contre-offensive de l'Armée grecque de novembre/décembre 1940. Remarque pour l'Histoire: En conséquence de l’intense collaboration des résistants communistes avec l’Albanie durant leur lutte fratricide pour prendre par les armes le pouvoir après la libération de la Grèce (1945-1949) et l’inexplicable décision du 1er ministre Andreas Papandreou prise en 1988 de révoquer unilatéralement et sans contre partie l’état de guerre avec l’Albanie en vigueur depuis 1940, la Grèce n’a pas pu récupérer l’Epire du Nord qui est restée une région sous souveraineté albanaise. Ainsi, les sacrifices des soldats grecs aidés par la population épirote pour stopper, puis repousser l’invasion italo-albanaise de 1940 furent gâchés.

L'OCCUPATION ALLEMANDE DU MONT ATHOS

 

     Hitler a envahi la Grèce le 6 avril 1941, après le fiasco de la tentative d'invasion italienne à travers l'Albanie. Trois jours plus tard, l’armée allemande contourne les fortifications de la ligne Metaxas et occupe Thessalonique et la péninsule de Chalkidiki. Des militaires allemands pénètrent aussi sur le Mont Athos.

     Devant le danger imminent que la péninsule du Mont Athos soit incluse dans la zone d’occupation bulgare, par lettre du 26.04.1941 remise le 29.04.1941 aux officiers allemands et adressée à Adolphe Hitler, l’épistasie [1] du Mont Athos a demandé au Führer de placer la «Sainte Montagne» sous sa protection personnelle, ce qu’il a accepté. Dès lors les forces allemandes ne se sont pas interférées dans l’administration de la communauté monastique. Elles ont même repoussé une tentative des forces bulgares de pénétrer au territoire de la péninsule (Ierissos, mai de 1941).

     Peu après l’envoi de cette lettre, durant l’été de 1941, le Mont Athos a fait l’objet d’une «expédition scientifique» mixte composée d’officiers et de scientifiques allemands sous le commandement de Franz Dölger, byzantinologue et professeur à l’Université de Munich.

     L'expédition de Franz Dölger de 1941 à la Sainte Montagne était en principe une expédition scientifique rigoureuse, dont l'objet principal était l'étude des documents écrits «Urkunden» (la spécialité de Dölger) sur Athos. Bien que l’on puisse admettre le motif scientifique du professeur Dölger lui-même, il y a plusieurs indices qui montrent que l’intention réelle des autorités du IIIème Reich qui ont autorisé cette expédition était de préparer la spoliation des trésors du Mont Athos.

     En réalité, l’expédition Dölger a été commanditée par la «Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg fur die besetzten Gebiete» (ERR) de Alfred Rosenberg - une organisation ténébreuse du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei), désigné sous l'acronyme NSDAP, souvent dénommé simplement Parti nazi -  chargée du pillage des trésors culturels des territoires occupés. L'expédition fut exécutée sous l'autorité de l'aussi effrayante «Hauptabteilung III – Sonderaufgaben»au commandement du  Lt. Herrmann von Ingram, chef de l'ERR et de la «Hauptabteilung IIIa – Organisation der Sicherstellung von jüdischem Besitz»! Il semblerait même que fut également intéressée à l'expédition du professeur Franz Dölger la pseudo-scientifique "Studiengesellschaft für Geistesurgeschichte", par la suite mieux connu sous l'organisation SS «Forschungsgemeinschaft Deutsches Ahnenerbe e.V.», la Cour de récréation personnelle de Heinrich Himmler.

     Sur recommendation de Georgios Tsolákoglou [2], 1er premier ministre grec de l’occupation, Dölger a reçu un permis de séjour spécial «Diamonitirion», assorti d’une communication de l’épistasie adressée aux 20 monastères de la Sainte Montagne, qui lui a facilité la visite de la plupart des monastères. L’équipe allemande a été bien reçue sur place et a eu accès aux archives des monastères. Toutefois, les documents auxquels elle s’ est intéressée ont été photographiés, non pas pillés.  L’équipe de Franz Dölger a en pris plus de 1.900 photos. La relation entre les membres de l'expédition et les moines était bonne.

     A son retour en Allemagne, Dölger a fait rapport aux autorités du IIIème Reich qui  ont commandité son expédition. Il publia en 1942 les conclusions scientifiques de son expédition au Mont Athos, ainsi que de nombreuses photos en noir et blanc, dans son livre "Mönchsland Athos", avec l'aide des professeurs Dr. E. Weigand de Prag et A. Deindle de Berlin.

     On méconnaît l’usage fait du rapport Dölger par les autorités du IIIème Reich. Cependant, en juin de 1943, un groupe de huit officiers et soldats allemands arriva à Karyai. Il s’est installé au monastère de Símonos Petra et se déplaçait fréquemment à Thessalonique. Il semblerait qu’il y a eu un plan de transférer les trésors du Mont Athos vers l’Allemagne en automne de 1943, mais qui n’a pas été exécuté pour des raisons qu’on ignore.

     Les autorités d’occupation allemandes ont procédé à un recensement qui a démontré qu’environ 5.500 moins vivaient alors sur la péninsule du Mont Athos. Un détachement de soldats s’est installé à Karyai, centre administratif de la communauté monastique. Les allemands ont confisqué les radios des monastères et ont installé un poste d’observation pour la marine allemande près du skite de Prodromou (Roumain).

     D'après les dossiers secrets de la Wehrmacht, une garnison allemande fut stationnée au Cap Nymphaion pour intercepter les sous-marins alliés arrivés pour évacuer les militaires britanniques  et grecs, que les moines aidaient pour s’en fuir au Moyen Orient.

     Pendant l’occupation, le monastère de Zografou (bulgare) fut au centre d’activités intenses de la propagande bulgare; il a hissé le drapeau bulgare, remplaça ses ouvriers hellénophones par des ouvriers slavophones et utilisa l’aide alimentaire abondante reçue de Sofia, comme instrument de prosélytisme d’autres moines aux thèses bulgares sur l’identité politique de la Macédoine.   

     Les forces alliées ont joué un rôle mineur au Mont Athos durant la guerre. Il y a le conte d’un sous-marin britannique qui s’est approvisionné en carburant au monastère de Vatopedion et qui, en partant, a évacué quelques soldats escampant des prisons allemandes. Le livre le plus connu en la matière est le «Dare to be Free», écrit par le Néozélandais W.B. Thomas, en 1951.

     Pendant l’occupation, un avion allemand Juncker 57 avarié a atterri sur la plage devant le monastère d’Aghios Pavlos. Parmi l’équipage de l’avion il y avait aussi une femme soldat. Pour respecter la règle d’Abaton [3],  l’allemande a dû rester dans une vieille cabane de pêcheurs sur pilotis près de la plage de l’atterrissage forcé de l’avion, pendant le temps de réparation. Cette cabane fut alors déclarée comme non appartenant à la communauté monastique. L’allemande n’ayant donc pas touché le sol du Mont Athos, la règle d’Abaton fut respectée même par les allemands durant la guerre.

     Peu avant de quitter le Mont Athos fin mai de 1944, les allemands se sont chargés du contrôle des visiteurs, les policiers grecs du gouvernement de collaboration ayant déserté leur poste face à l’avance de la résistance. En effet, après le départ des allemands, les résistants d’EAM-ELAS (procommunistes) [4] ont pris le contrôle de la péninsule pendant une période courte avant d’être délogés par les forces nationalistes du gouvernement légitime d’Athènes.

 

Dr. Angel ANGELIDIS

ex Conseiller au Parlement Europeen

chargé des Affaires Agro-alimentaires et Forestières

Bruxelles, novembre 2011

 


[1] La Sainte Épistasie en est l'organe exécutif qui compte quatre moines, à la tête duquel se trouve le Protos.

[2] Georgios Tsolákoglou (en grec: Γεώργιος Τσολάκογλου) est né à Rentina, dans le Nome (préfecture) de Karditsa en 1886. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le général Tsolákoglou dirige le troisième corps d'armée sur le front de l'Épire. Le 20 avril 1941, il désobéit au maréchal Papágos et signe la reddition des troupes grecques face aux Troisième Reich. Son interlocuteur fut Joseph «Sepp» Dietrich, commandant en chef de la 1.SS PanzerDivision «Leibstandarte Adolf Hitler». En récompense de sa trahison, suite à leur entrée à Athènes, les Allemands le nomment le 30 avril 1941 à la tête d'un gouvernement collaborateur. Après la guerre, Tsolákoglou est jugé pour haute trahison et condamné à mort; sa peine sera commutée en emprisonnement à perpétuité. Tsolákoglou meurt en prison en 1948.

[3] (Mot qui signifie en grec : «inaccessible»), interdiction d'accès de "toute créature femelle".

[4] Il y a eu un accord secret signé entre les autorités d’occupation allemandes et les résistants procommunistes permettant le départ sans encombrement des forces allemandes moyennant la remise en contrepartie aux  résistants d’armement allemand  qui servirait pour combattre ceux qui s’opposeraient à la retraite allemande.

 


 

FR → Georgios Tsolákoglou assis sur le siège arrière de la voiture gouvernementale passant devant un détachement de soldats allemands qui lui rendent des honneurs dans la ville d'Athènes occupée… ; EN → Georgios Tsolakoglou sitting on the back seat of the government car passing before a detachment of German soldiers that pays him honours in occupied Athens... ; ES → Georgios Tsolakoglou sentado en el asiento trasero del auto gubernamental pasando delante de un destacamento de soldados alemanes que le rinden honores en Atenas ocupada... !
EN → A copy of the letter that the Holy Epistatia sent to Hitler; (from the Erich Feigl book “Athos Vorhölle zum Paradies″ - 1980). FR → Une copie de la lettre envoyée par la Sainte Epistatie à Hitler; (tirée du livre d’Erich Feigl "Athos Vorhölle zum Paradies″ - 1980). DE → Eine Kopie des Briefes, die die Heilige Epistatia an Hitler gesendet hat; (aus dem Buch von Erich Feigl "Athos Vorhölle Zum Paradies″ - 1980). ES → Una copia de la carta que la Santa Epistatia envió a Hitler; (desde el libro de Erich Feigl "Athos Vorhölle zum Paradies″ - 1980). PT → Uma cópia da carta enviada pela Santa Epistatia a Hitler; (do livro de Erich Feigl "Athos Vorhölle zum Paradies″ - 1980). GR → Ἀντίγραφον τῆς ἐπιστολῆς ἥν ἀπέστειλεν ἡ Ἱερά Ἐπιστασίa πρός τόν Χίτλερ; (ἀπό τό βιβλίον τοῦ Erich Feigl "zum Athos Vorhölle Paradies″ - 1980).

ANNEXE

(Texte en grec de la lettre de l’épistasie du Mont Athos adressée à Adolph Hitler) [1]

 

"Ἐν Ἁγίῳ Ὄρει τῇ 13/26 Ἀπριλίου 1941

 

Πρός τήν Αὐτού Ἐξοχότητα τόν ρχικαγκελλάριον τοῦ ἐνδόξου Γερμανικοῦ Κράτους Κύριον δόλφον Χίτλερ εἰς Βερολίνον.

 

Ἐξοχώτατε,

 

     Οἱ βαθυσεβάστως ὑποσημειούμενοι ντιπρόσωποι τῶν Εἴκοσιν Ἱερῶν Βασιλικῶν Πατριαρχικῶν και Σταυροπηγιακῶν Μονῶν τοῦ Ἁγίου Ὄρους Ἄθω, λαμβάνομεν τήν ἐξαιρετικήν τιμήν ν’ πευθυνθῶμεν πρός τήν Ὑμετέραν Ἐξοχότητα καί παρακαλέσωμεν Αὐτήν θερμώς, ὅπως, εὐαρεστημένη, ἀναλάβη ὑπό τήν Ὑψηλήν προσωπικήν Αὐτἥς προστασίαν και κηδεμονίαν τόν Ἱερόν τοῦτον Τόπον, τοῦ ὀποίου Ἡγούμενοι καί ἀντιπρόσωποι τυγχάνομεν, διαδεχομένη ἐν τούτῳ τούς ἱδρυτάς καί Εὐεργέτας τοῦ Ιεροῦ τούτου Τόπου Βυζαντινούς Αυτοκράτορας καί διαδόχους τούτων.

     Τό Ἄγιον Ὄρος, Ἐξοχώτατε, συνέστη εἰς Πανορθόδοξον μοναχικήν πολιτείαν, εἰς ἥν ἀνέκαθεν διαβιοῦν ἐν ἀγαστῇ ὁμονοίᾳ μοναχοί ἀκωλύτως προσερχόμενοι ἀπό διάφορα ὀρθόδοξα Ἕθνη, κατά τόν Θ΄ μ.Χ. αἰῶνα, πνευματικῶς μέν ἐξαρτωμένων ἀπό τοῦ Οἰκουμενικοῦ Πατριαρχείου Κωνσταντινουπόλεως, πολιτικῶς δέ αὐτοδιοικούμενον ὑπό τἥς Ἱερᾶς Συνάξεως τῶν Ἀντιπροσώπων τῶν Εἴκοσιν Ἱερῶν και Κυριάρχων Μονῶν καί πολιτειακῶς ὑπαγομένων ὑπό τήν προστασίαν καί κηδεμονίαν τῶν Βυζαντινῶν Αυτοκρατόρων καί τῶν διαδόχων Αὐτῶν.

     Τό Αὑτονομιακόν τοῦτο πολίτευμα περιεθριγκώθη δι’ἀλλεπαλλήλων τυπικῶν καί Χρυσοβούλων τῶν ἱδρυτῶν καί εὐεργετῶν τῶν Ἱερῶν μονῶν Βυζαντινῶν Αὑτοκρατόρων Βασιλείου τοῦ Μακεδόνος (882), Ἰωάννου Τσιμισκἥ (972), Κωνσταντίνου Μονομάχου (1046), Στεφάνου Δουσάν (1346) καί ἄλλων Σλαύων, Οὐγγροβλάχων Ἡγεμόνων καί τῶν μετέπειτα Σουλτανικῶν Φιρμανίων τελευταίως δέ ὑπό τοῦ Καταστατικοῦ Χάρτου τοῦ 1926, οὔτινος δύο ἀντίτυπα ἐσωκλείομεν.

     Τό οὐτωσί καθιερωθέν προνομιακόν καί αὐτοδιοίκητον καθεστώς τοῦ Ιεροῦ τούτου Τόπου, ἀποτελέσαν ἀντικείμενον συζητήσεων καί ἐπικυρώσεων διαφόρων διεθνῶν συνθηκῶν περιεθριγκώθη τέλος, διά τοῦ 62οῦ ἄρθρου τἥς Βερολινείου συνθήκης τοῦ ἔτους 1878, ἔχοντος οὔτω, οἱ μοναχοί τοῦ Ὄρους Ἄθω ὁθενδήποτε καί ἄν κατάγωνται θά διατηρήσωσι τά κτήματα καί τά πρότερα αὐτῶν δικαιώματα καί θ’ἀπολαύωσιν, ἄνευ οὐδεμιάς ἐξαιρέσεως, πλήρους ἱσότητος δικαιωμάτων καί προνομίων.

     Τῶν ἐν Ἁγίω Ὄρει ἐνασκουμένων Μοναχῶν, ἀνεξαρτήτως τόπου προελεύσεως καί θνικότητος, σκοπός καί ἀποστολή καθ’ὅλον τόν ὑπερχιλιετή βίον του Ἁγίου Ὄρους, ὑπἥρξεν ἡ διατήρησις, προαγωγή καί ἐξασφάλισις τῶν Ιερῶν αὐτοῦ σκηνωμάτων, ἡ διά τἥς ἀκαταπονήτου φιλεργίας τῶν ἐν αὐτῶ ἐνασκουμένων μοναχῶν καλλιέργεια τἥς τε ἐκκλησιαστικἥς καί κλασσικἥς φιλολογίας καί καλλιτεχνίας, ὀ ἀσκητικός βίος καί ἡ διηνεκής προσευχή ὑπέρ τοῦ σύμπαντος κόσμου.

     Τήν διατήρησιν τοῦ καθεστῶτος τούτου τἥς αὐτονόμου μοναχικἥς πολιτείας, Ἱκανοποιοῦντος πλήρως παντας τούς ἐν Ἁγίω Ὄρει ἐνασκουμένους ἀνεξαρτήτως ἐθνικότητος Ὀρθοδόξους μοναχούς καί ἐναρμονιζόμενοι πρός τόν σκοπόν καί τήν ἀποστολήν αὐτῶν, παρακαλοῦμεν καί ἱκετεύομεν θερμώς τήν Ὑμετέραν Ἐξοχότητα ὅπως ἀναλάβη ὑπό τήν ὑψηλήν προστασίαν καί κηδεμονίαν Αὐτἥς.

     Τόν Βασιλέα τῶν Βασιλευόντων καί Κύριον τῶν Κυριευόντων ἐξ ὅλης ψυχἥς καί καρδίας ἱκετεύοντες, ὅπως ἐπιδαψιλεύσ τ Ὑμετέρα Ἐξοχότητι ὑγείαν καί μακροημέρευσιν ἐπ’αγαθῶ τοῦ ἐνδόξου Γερμανικοῦ Ἔθνους.

 

Ὑποσημειούμεθα βαθυσεβάστως "

 

Ὑπογραφαί

 


 

 Aime bien [1]  Κείμενον ἀναπαραχθέν ἐκ τῆς πηγῆς  κακῶς μεταγλωττισθέν εἰς τήν εἰσαχθεῖσαν κατά τά ἔτη 1980 καί γενικευθεῖσαν σήμερον πρός πᾶσαν χρῆσιν  τεχνητήν νεοελληνικήν γλῶσσαν, ἀποδοθέν εἰς τήν Ἀρχαίαν Ἑλληνικήν γλῶσσαν (Ἀλεξανδρινῆς ἐποχῆςεἰς ἥν αὐτό συνετάχθη (Ἄγγελος ΑΓΓΕΛΙΔΗΣ).

 


 

Soldats allemands devant le Monastère de Stavronikita (date de prise inconnue).
Mont Athos, Pâques 1941 (lieu et date inconnus).
Arrivée de l'expédition de Franz Dölger à Karyai.
Franz Dölger "Diamonitirion".
Accueil de l'expédition de Franz Dölger à Karyai.
Le "Tragos" ("Magna Carta") d'Athos ouvert pour Dölger.
Portrait d'Adolphe Hitler accroché au monastère de Konstamonitou.
The Panteleimonos Monastery (Russian) guesthouse in February 1917, when the French & Russian (Imperial) troops landed on the peninsula.
The same room in 1942 when the German expedition of Dolger visited the monastery, with the portrait of Hitler in the middle.
This picture is taken after the Second World War. The portrait of Hitler is replaced by portraits of Queen Frederica (1917 – 1981) and beside her king Paul (1901 – 1964).
Le monastère de Vatopedion 1941.
Le monastère de Zografou (bulgare) 1941.
Officiers et soldats allemands au Mont Athos (lieu et date inconnus).
"Signal". Sonderausgabe der Berliner Illustrirten Zeitung. Deutscher Verlag Berlin,1940 – 1945. PK-Aufnahme: Sdf. Zwilling, Lw.KBA Südost. Date: August 1, 1943. Accompanying original text: "In der Mönchsrepublik Athos. Das 'Signal' in griechischer Ausgabe erweckt große Freude." (BArch, Bildbegleitzettel zu Bild 101 I (Propagandakompanien), Bd. 448-532, Filme 2101-2727, April 1943-August 1944). Source: Bundesarchiv. (Bild 101I-523-2208-28).
Lorsque les Allemands envahissent la Crète en 1941, Sandy Thomas est livré à la Grèce continentale comme l'un de leurs prisonniers. En dépit d'avoir été gravement blessé à la jambe, il essaie plusieurs évasions, notamment transporté hors de son camp de prisonniers dans un cercueil. Il réussit finalement une évasion spectaculaire et fait son chemin à travers la Grèce au Mont Athos. Ici, aidé par les moines, il élude capture pendant plus d'un an, puis enfin il vole un bateau et navigue son chemin à travers des mers hivernales vers l’Asie mineure à la liberté. Son histoire est l'un des récits de grandes évasions de la seconde guerre mondiale. "DARE TO BE FREE" - Author: W.B. "Sandy" Thomas. Series: Cassell Military Paperbacks. Paperback: 256 pages. Publisher: Cassell (March 2005). Language: English. ISBN-10: 0304366390. ISBN-13: 978-0304366392.
Atterrissage forcé de l'avion allemand Juncker 57 à la plage devant le monastère d'Aghios Pavlos (date inconnue).
Soldats allemands quittant le Mont Athos par bateau, monastère d'Iviron, 29.05.1944.
Accord secret entre les forces allemandes d'occupation et la résistance grecque procommuniste (EAM-ELAS), signé le 01.09.1944, concernant le retrait sans encombrement des forces allemandes d'occupation et la livraison de leur armement aux partisans communistes.
On June 4, 2013, His Holiness Patriarch Kirill of Moscow and All Russia arrived on Holy Mount Athos. On 5 June 2013, Patriarch Kirill of Moscow and All Russia celebrated the Divine Liturgy at the Cathedral church of the Russian Monastery of St. Panteleimon on Mount Athos. Concelebrating were Metropolitan Apostolos of Mileta, representative of the Ecumenical Patriarchate on the Holy Mountain; Metropolitan Hilarion of Volokolamsk, chairman of the Moscow Patriarchate’s Department for External Church Relations (DECR); Archbishop Feognost of Sergiev Posad, abbot of the Laura of the Holy Trinity and St, Sergius; Bishop Sergiy of Solnechnogorsk, head of the Moscow Patriarchate’s Administrative Secretariat; archimandrite Jeremiah (Alekhin), hegumen of the monastery; hieromonk Makary, epitropos and father confessor of the monastery; archpriest Nikolai Balashov, DECR deputy chairman; archpriest Igor Yakimchuk, DECR secretary for Inter-Orthodox relations; and protodeacon Vladimir Nazarkin, assistant to the DECR chairman. Praying in the sanctuary was schema-archimandrite Iliy (Nozdrin). Among the worshippers were Russian Presidential Envoy in the Central Federal District, Alexander Beglov; Chairman of the State Duma Committee for Commonwealth of Independent States and relations with compatriots, Leonid Slutsky; Chairman of the Synodal Information Department, Vladimir Legoida; and brethren of the monastery. Patriarch Kirill made donation to the monastery a copy of the Kursk-Root Icon of the Mother of God. The same day, Patriarch Kirill and his suite visited the Monastery of Pantocrator on Mount Athos. Among the holy objects of the monastery, there are a particle of the Precious and Life-Giving Cross and relics of the saints deeply venerated in the Russian Orthodox Church: Ss Basil the Great and Gregory the Theologian, Ss Athanasios the Great and Ignatius the Theophoros, Ss Cosmas and Damian, and the Great Martyr Theodoros Stratelatis, heavenly patron of the Russia city of Kostroma, the cradle of the Romanov dynasty. Source: http://theorthodoxchurch.info/blog/news/2013/06/patriarch-kirill-visits-the-monastic-republic-of-mount-athos/

 


 

AVERTISSEMENT : Projet de texte élaboré sur la base de sites web et d'autres bases de données écrites révisées, adaptées et actualisées par l'auteur jusqu'au 31.11.2013. On considère que tous les graphiques, figures, images, papiers peints et illustrations exposés ici relèvent du «domaine publique». La véracité et l’objectivité scientifique des sources consultées et des informations recueillies ont été contrôlées autant que possible. Des références sont données là où disponibles. Nous n'entendons pas porter atteinte aux droits intellectuels légitimes, droits artistiques ou droit d’auteur de n'importe laquelle des sources utilisées.

 

DISCLAIMER : Draft text elaborated on the basis of websites and other written sources data, revised, adapted and updated by the author up to the 31.11.2013. All graphics, figures, images, wallpapers and backgrounds displayed here are believed to be in the "public domain". Veracity and objectivity of consulted sources and collected data have been controlled as much as possible. References are given where available. We do not intend to infringe any legitimate intellectual right, artistic rights or copyright of anyone of the sources used.

 

ADVERTENCIA : Proyecto de texto elaborado en base a sitios web y otras fuentes de datos escritos revisados, adaptados y actualizados por el autor hasta el 31.11.2013. Todos los gráficos, figuras, imágenes, fondos e ilustraciones expuestos aquí se consideran ser del "dominio público". La veracidad y la objetividad científica de las fuentes consultadas y de la información obtenida se han controlado tanto como sea posible. Las referencias se dan donde estén disponibles. No pretendemos infringir cualquier derecho intelectual legítimo, derechos artísticos o derechos de autor de cualquiera de las fuentes utilizadas.

 


 

Copyright : Dr. Angel ANGELIDIS, 2011

 


 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

02.02 | 10:40

Texte très bien pensé et structuré. Félicitations.

...
11.08 | 18:22
01.06 | 18:03
BATAILLE DU DNIEPR a reçu 1
07.02 | 23:01
ALBUM PHOTOS a reçu 1
Vous aimez cette page