ÉVOLUTION TERRITORIALE DE L'UKRAINE

L'Ukraine, après son indépendance acquise suite à la dislocation de l'URSS (fin 1991), et ses voisins.

1. ÉVOLUTION TERRITORIALE DE L'UKRAINE

 

     L'Ukraine (en russe: Украи́на, en ukrainien: Україна (Ukraïna) est un nouvel État d'Europe de l'Est, issu de la dislocation de l’Union Soviétique le 26 décembre 1991. Sa superficie territoriale reflète la redéfinition des frontières dans les pays d’Europe de l’Est après la fin de la seconde guerre mondiale. En fait, en 1945, Staline enleva à la Tchécoslovaquie la Ruthénie transcarpatique, jadis hongroise (jusqu’en 1918), et la rattacha à la République socialiste soviétique d'Ukraine. Ensuite, en 1954, son successeur Nikita Khrouchtchev [1] transféra la Crimée à la République socialiste soviétique d’Ukraine. Ce «don» de Khrouchtchev était censé marquer le tricentenaire du traité de Pereïaslav [2], par lequel les cosaques d'Ukraine avaient proclamé leur allégeance à Moscou. La cession avait alors été présentée comme un «cadeau» de remerciement de la Russie à l'Ukraine, célébrant la fraternité entre les peuples de l'Union soviétique. Avaient également été évoqués les liens sentimentaux de Khrouchtchev avec l'Ukraine, où il avait vécu et fait son ascension politique. En ce moment, cette cession sur plan administratif ne semblait pas avoir encore de conséquences sur le plan politique, car l’Ukraine faisait partie intégrante de l'URSS, la gouvernance et le contrôle civile et militaire de toutes les Républiques socialistes soviétiques étant totalement centralisés. Il en sera autrement après la dislocation de l’URSS et l’émergence des anciennes Républiques socialistes soviétiques en tant qu’Etats Indépendants.

     Le 18 mars 2014, à la suite d’un référendum tenu le 16 mars, le gouvernement russe annonce que la République de Crimée (correspondant à l’ancienne République autonome de Crimée) et la ville de Sébastopol (qui ne faisait pas partie de la République autonome de Crimée mais disposait d'un statut administratif spécial au sein de l'Ukraine) font désormais partie de la Fédération de Russie.

 


[1] Nikita Khrouchtchev avait été élevé et travaillé à la mine en Ukraine. À la fin de l'année 1937, Staline nomma Khrouchtchev à la tête du parti communiste en Ukraine.  En 1941, Staline le nomma commissaire politique et à ce titre il fut notamment impliqué dans la 1e et 2e bataille de Kiev en 1941 et 1943, respectivement. En 1943 il fut nommé premier ministre de la République d'Ukraine en plus de son ancien poste de chef du parti communiste ukrainien, l'une des rares occasions où les fonctions de dirigeant civil de l'Ukraine et de chef de son Parti furent occupées par la même personne. Dans ses mémoires, Khrouchtchev parle en termes élogieux de l'Ukraine qu'il avait gouvernée durant plus d'une décennie (cf. Nikita Khrouchtchev, Strobe Talbott (dir.), Jerrold L. Schecter (dir.) et Vyacheslav V. Luchkov (dir.) (trad. Pierre Girard), «Mémoires inédits», Paris, P. Belfond, 1991. Le «don» de Khrouchtchev à l’Ukraine et ses motifs rappellent la façon dont Tito, un croate, a donné presque tout le littoral adriatique de l'ex-Yougoslavie à la Croatie et a généralement appliqué des dispositions frontalières administratives préjudiciables aux Serbes.

[2] Le Traité de Pereïaslav est conclu en 1654 dans la ville ukrainienne de Pereïaslav, entre l'Hetmanat cosaque de Bogdan Khmelnitski et la Moscovie du tsar Alexis Ier. Le traité entérinait l'établissement de l'Hetmanat cosaque sur l'Ukraine de la rive gauche sous domination russe. À l'origine destiné à assurer aux cosaques ukrainiens l'appui militaire tactique de la puissance russe contre les prétentions polonaises, il signa dans les faits la séparation de l'Ukraine de la Pologne et son rattachement à la puissance russe et au renforcement de l'orthodoxie dans cette région. Le Traité de Pereïaslav a ouvert la voie à la guerre russo-polonaise (1654-1667). En 1664 des pourparlers commencent, qui aboutissent à la trêve d'Androussovo, signée le 30 janvier 1667 dans le village d'Androussovo, près de Smolensk. La Pologne accepte de céder les voïvodies de Smolensk, de Czernihów et reconnaît le contrôle de la Russie sur l'Ukraine de la rive gauche. L'Ouest de l'Ukraine, ou Ukraine de la rive droite, et la Biélorussie reviennent à la Pologne. La trêve est renouvelée en 1678 et aboutit au traité de paix éternelle de 1686, dix-neuf ans plus tard. Au titre de ce traité la Russie reprit possession de Kiev en 1686.

 

 


 

Ukraine: 1793 - 1914.
Ukraine: 1918.
"A picture is worth more than a thousand words..." Napoléon Bonaparte.
Ukraine: mars de 1919.
Ukraine: novembre de 1919.
Ukraine: juin de 1919.
Ukraine: août de 1920.
Ukraine: occupation allemande (1941-1945)
Ukraine: 1922 - 1954.
Manifestants nationalistes.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

02.02 | 10:40

Texte très bien pensé et structuré. Félicitations.

...
01.06 | 18:03
BATAILLE DU DNIEPR a reçu 1
07.02 | 23:01
ALBUM PHOTOS a reçu 1
01.02 | 17:53
Vous aimez cette page